Bernard Werber : notre Facebook Live en replay !

Informations


Le 3 avril, nous recevions Bernard Werber pour parler de son dernier ouvrage paru au Livre de Poche, "Demain les chats", un savoureux roman post-apocalyptique à hauteur de félins ! Revivez le live grâce à notre replay ! En savoir plus sur "Demain les chats" : https://www.hachette.fr/livre/demain-les-chats-9782253073703

Acheter : Les fourmis


A propos de Bernard Werber


Bernard Werber
BiographieIl naît à Toulouse le 18 septembre 1961. Il fut tout d’abord un enfant inspiré par le dessin. À 5 ans, il veut devenir dessinateur professionnel. Encouragé par son professeur, il a le droit de rester à part des autres élèves pour dessiner de grandes aquarelles. Mais à 8 ans, il écrit, dans le cadre d'un travail scolaire, l'histoire d'une puce se promenant sur un corps humain, ce qui le fait dévier de son rêve original : dès l’âge de 13 ans, il fait ses premières armes en écrivant des histoires pour un fanzine, mais aussi tout au long de sa scolarité il se consacre à la lecture ainsi qu’à l’écriture en montant un journal pour son lycée qu’il nomme Euphorie. Après son bac, il commence l’écriture des Fourmis d’après un scénario de sept pages pour en faire, avec Fabrice Coget, une bande dessinée. C'est à cette époque qu'il met en place une discipline d'écriture qu'il continue à pratiquer aujourd'hui : 4 heures d'écriture tous les matins. Après ses études en criminologie à Toulouse et de journalisme à l'ESJ de Paris, il devient pigiste dans plusieurs journaux (L'Événement, Le Point, VSD, "Ca m'intéresse", "Libération", "Le Nouvel Observateur".) puis journaliste scientifique de 1983 à 1990 au Nouvel Observateur. Il reçoit en mars 1983 de la part du Prix de la Fondation News du meilleur jeune reporter une bourse pour un reportage en Afrique (au Centre Ecotrope de Lamto), en Côte d'Ivoire, pour suivre les fourmis Magnans, où il ira avec le professeur Leroux, et suivra d'immenses colonies de fourmis en migration. Il rédige aussi des billets d'humour dans le magazine Eurêka. De ces années lui vient son goût pour la science, qu’il mêle avec ses thèmes favoris, tels que les fourmis, la mort, ou les origines de l’humanité. Sélectionné en 1990 en finale du prix Mumm du meilleur article de l'année pour un reportage sur "Singapour, la ville ordinateur", il est licencié par ses supérieurs jaloux de son succès. Il s'ensuit une période de chômage. Il profite alors de son temps libre pour apprendre le métier de scénariste de cinéma à l'INA.Il est alors repéré par Albin Michel qui décide de publier son roman sur les fourmis, dégraissé, mettant à profit ses connaissances scénaristiques pour la construction et auquel il rajoute les articles de l'Encyclopédie du savoir relatif et absolu. Il se sert aussi de l'hypnose. L'écriture des Fourmis aura mis 12 ans.

Il publie donc son premier roman, Les Fourmis, en mars 1991. Ses œuvres ont été traduites en trente-cinq langues. Avec 30 millions d’exemplaires vendus dans le monde, Bernard Werber est, avec Marc Levy, l'un des auteurs français contemporains les plus lus au monde. Il est même considéré comme une star en Corée du Sud, pays où il vend davantage qu'en France, et a reçu un accueil très enthousiaste en Russie.

À la suite du livre L'Arbre des possibles, il a lancé le site Web du même nom, un « projet pour rechercher ou imaginer les futurs possibles de l’humanité ». Il réalise en outre trois courts métrages : La reine de nacre en 2001, Nos amis les humains en 2003 et À dormir debout en 2016. Le premier long métrage de cinéma réalisé par Bernard Werber, Nos amis les Terriens, est sorti en avril 2007, produit par Claude Lelouch.

Bernard Werber est membre du collectif d'écrivains français La Ligue de l'Imaginaire créé en 2008. Il a récemment mis en place un one man show, et réalise régulièrement des master class autour de l'écriture.

Il a deux fils, et il est actuellement avec une compagne à laquelle il a dédié son roman Le Sixième Sommeil.

Accueil critiqueBernard Werber est l'un des auteurs français les plus lus dans le monde. Il est particulièrement populaire en Corée du Sud. L'Écho républicain dit de lui qu'il est un « auteur au succès incontesté ».Néanmoins, son œuvre est peu commentée par la critique. Il lui est reproché, selon L'Express, « une écriture rapide, brutale, qui vise l'efficacité au détriment du style mais qui trop souvent bascule dans le simplisme et les clichés ».

En particulier, certains critiques reprochent à ses romans de science-fiction de présenter certains concepts d'apparence scientifique comme des certitudes alors que ce n'est pas le cas. L'Ultime Secret illustre bien cette tendance, on peut y lire sur la quatrième de couverture la phrase suivante : « Ils vont aller de surprise en surprise jusqu’à l’extraordinaire dénouement basé sur une découverte scientifique peu connue mais réelle ». D'autres critiques assimilent la futurologie à de la pseudo-science, l’œuvre intitulée L'Arbre des possibles y étant définie comme un recueil de nouvelles de science-fiction.

Certaines critiques dépassent le simple scepticisme. La petite revue spécialisée en littératures de l'imaginaire Bifrost est ainsi particulièrement négative.

D'autres critiques sont au contraire très laudatifs : François Busnel, dans sa chronique du 14 novembre 2012 dans L'Express, qualifie ainsi Bernard Werber de « visionnaire dont nous avons besoin ». Aujourd'hui en France le qualifie de « Jules Verne moderne » dans son dossier Dans l'intimité de Werber du 4 octobre 2012.

Symbolique

Bernard Werber utilise diverses symboliques dans ses livres. Les animaux comme les dauphins, les rats ou les fourmis sont représentés comme des animaux intelligents. La symbolique des chiffres tient également une grande place et, selon la façon dont ils sont expliqués, ils reflètent « le stade de l’évolution de l’âme ». C'est notamment durant la lecture du cycle des Dieux, dans lequel les apprentis-dieux vont se retrouver en charge de guider un groupe d'humains qui vont se choisir un animal-totem, que l'on se rend compte à quel point Bernard Werber donne une signification implicite aux animaux.


Be the first to post a comment
You must be logged in to be abble to post comments!
Create my account Sign in