Parc naturel régional du Verdon

Informations


Le tour de France de la biodiversité 2015 : étape 17/21 Le parc s'étend d'est en ouest de Saint-André-les-Alpes à Vinon-sur-Verdon et du nord au sud de Saint-Jurs à Régusse. Il s'organise autour des gorges du Verdon et de cinq retenues, créées par EDF entre 1949 et 1974 sur le cours inférieur et moyen de la rivière. Situé dans une zone intermédiaire entre la Provence et les Alpes, son territoire bénéficie d'un taux d'ensoleillement exceptionnel. » Dans ce territoire, la diversité des patrimoines naturels répond à la grandeur des paysages… Faune et flore ont su y trouver un abri et les conditions nécessaires à leur survie et leur évolution, devenant ainsi les garants des équilibres fragiles. Vautour fauve (récemment réintroduit), Aigle royal, chauve-souris, Chamois, Chevreuil, Outarde canepetière (oiseau échassier), mais aussi papillons… autant d’espèces considérées comme rares et vulnérables constituent une richesse qui n’est égalée que par celle de la flore : 2000 espèces (1/3 de la flore française !) dont de nombreux joyaux. Dans les rivières et lacs du Verdon, truites et brochets font le bonheur des amateurs de pêche… L’olivier, véritable pare feu naturel, y est particulièrement choyé. Lavandins, tilleuls, sapins, chênes… ornent les plateaux et forêts du Parc. Quant aux paysages, ce sont huit différentes unités qui sont à découvrir sur le territoire du Verdon. Les étoiles de Saint-Vincent Dans la région de Digne abondent des roches tendres, noirâtres. Dans ces terrains existent de petits fossiles en forme d’étoile, appelée « les étoiles de Saint-Vincent » car on les trouve du coté de la Colline de Saint Vincent (sortie de Digne qu’emprunte la route du tour). Ces étoiles sont considérées un peu magiques depuis des siècles car elles étaient utilisées pour se protéger des envoûtements. Ces étoiles correspondent à un fragment de la tige d’organismes marins qui vivaient au fond de la mer il y a presque 200 millions d’années. Ces animaux, appelés crinoïdes (du grec krinos = lys et eidos, forme), proches des lys de mer qui peuplent nos océans, vivaient fixés sur le fond par un long pédoncule constitué d’éléments jointifs de quelques millimètres d’épaisseur. Leur section atteignait un petit centimètre et avait une forme d’étoile à cinq branches, chacune d’elle offrant de petits motifs très fins. La délicatesse et l’esthétique des ces objets ont été copiés et adaptés par l’artisanat local, et les bijoutiers s’en sont inspirés pour offrir toute une panoplie de bagues, colliers, bracelets … En savoir plus --- Retrouvez toutes les vidéos du #TDFbiodiversité 2015 et des informations complémentaires sur : http://www.mnhn.fr/fr/explorez/dossiers/tour-france-biodiversite-2015 Copyright --- © MNHN – Gédéon Programmes 2015

Be the first to post a comment
You must be logged in to be abble to post comments!
Create my account Sign in